skip to Main Content

L'insémination artificielle

L’insémination artificielle est une méthode d’AMP permettant l’introduction de sperme directement dans la cavité utérine sans avoir recours à un rapport sexuel. Le taux de grossesse est évalué à 10-15% par cycle de traitement. En France, la prise en charge par la Sécurité Sociale est de 100% pour 6 tentatives d’insémination. Bien souvent, après 4 tentatives échouées, une autre aide à la procréation est envisagée par les médecins et discutée avec le couple.

Insemination-artificielle

A qui s'adresse ce traitement ?

Ce traitement peut faire suite à des stimulations ayant échouées auparavant qu’il y’ait ou non une infertilité expliquée.

Il est préconisé en particulier quand :

  • Les spermatozoïdes sont de mauvaise qualité ou trop lent et n’arrivent donc pas à atteindre leur cible
  • L’homme présente des troubles de l’érection ou de l’éjaculation
  • La femme présente une glaire cervicale inadéquate (notamment suite à un traitement du col par cotisation).
  • La femme présente une anomalie du col de l’utérus.

Le sperme introduit peut être celui du conjoint (frais ou congelé) ou bien celui d’un donneur (congelé).

Les conditions préalables

Les conditions préalables pour envisager une insémination sont :

  • Au moins une des deux trompes de la femme est perméable pour permettre la fécondation
  • Les recueil de sperme doit contenir un nombre satisfaisant de spermatozoïdes mobiles

En pratique, cela nécessite donc des examens complémentaires s’ils n’ont pas été fait auparavant.

Pour la femme, un bilan sanguin pour vérifier les taux hormonaux ainsi qu’une hystérosalpingographie pour vérifier l’état de l’utérus et la perméabilité des trompes.

Pour l’homme, un spermogramme permettra d’analyser la qualité du sperme.

Le protocole et les traitements

L’insémination peut être effectuée sur un cycle naturel si la femme ne présente aucune anomalie de l’ovulation. Dans ce cas, les médecins surveillent le pic de LH signifiant que l’ovulation a bien eu lieu.

Bien souvent, la femme suit un traitement hormonal afin d’induire l’ovulation et de pouvoir la contrôler pour un meilleur timing. La stimulation se fait grâce à des injections sous-cutanées quotidiennes. La surveillance échographique et biologique permettent de déterminer le nombre d’ovocytes en maturation et le moment exact de l’ovulation.

Le « timing » est essentiel puisque l’ovocyte une fois libéré, n’est fécondable que pendant une courte période (16 à 24h), c’est donc le meilleur moment pour déposer les spermatozoïdes.

Lorsque le follicule est considéré comme mature, une injection d’Ovitrelle est réalisée le soir (21H en général) permettant la libération de l’ovule 36h après (donc environ à 9 le surlendemain). Les rapports sexuels sont alors à éviter pour obtenir une meilleure préparation du sperme.

L’insémination sera réalisée directement en post-ovulatoire (vers 10h).

Durant les deux semaines suivant l’insémination, la fécondation aura éventuellement lieu…un traitement par progestérone est recommandé pour améliorer la qualité de la phase lutéale, et favoriser l’implantation. Ce traitement est poursuivi 14 jours au bout desquels une prise de sang permet de savoir si une grossesse débute.

Préparer un sperme de qualité

Le recueil du sperme s’effectue par masturbation 3H avant l’insémination pour permettre la réalisation de la préparation. Sauf s’il s’agit de sperme déjà congelé.

La préparation du sperme se fait au laboratoire et consiste à laver le sperme, en séparant les spermatozoïdes du liquide séminal puis à concentrer les spermatozoïdes ainsi obtenus.

Cette préparation du sperme, appelée aussi capacitation, a pour but de rendre le sperme fécondant par plusieurs lavages et centrifugations à travers différents milieux. Ceci permet d’améliorer la mobilité des spermatozoïdes et de sélectionner les plus mobiles dans un petit volume à inséminer.

A la fin de la préparation, 300 à 500 micro-litres de sperme sont inséminés contenant une concentration de plus d’un million de spermatozoïdes mobiles par ml.

S’il s’agit du sperme d’un donneur, ce dernier doit être majeur, âgé de moins de 45 ans et avoir l’accord de sa compagne. Le don est toujours anonyme.

L'insémination

Le geste médical est indolore et effectué soit en laboratoire soit directement au cabinet médical. Il s’effectue en position  gynécologique classique avec pose de spéculum. La préparation de sperme va être déposée directement dans l’utérus à l’aide d’un cathéter spécifique flexible. Il est recommandé de garder la vessie pleine afin de favoriser le passage du cathéter dans le col.

Back To Top
Aller à la barre d’outils