skip to Main Content

Les causes de l'infertilité

Alors que pour certains couples, concevoir un bébé est simple, pour d’autres, c’est beaucoup plus compliqué. Nous allons essayer d’éclaircir les causes possibles aux nombreux échecs de tests de grossesse positifs.

Dans l’ensemble, d’après les statistiques, les causes d’infertilité au sein d’un couple sont réparties ainsi :

  • Dans 30 % des cas, l’infertilité est d’origine féminine.
  • Dans 20% des cas, l’origine en est masculine.
  • Dans 40% des cas, les 2 membres du couple présentent des problèmes de fertilité.
  • Dans 10% des cas, aucune cause d’infertilité n’est retrouvée. On parle alors d’infertilité inexpliquée.

Les causes féminines d'infertilité

Causes De L'infertilité
  • Les ovaires polykystiques (SOPK) : ce trouble touche 10% des femmes en âge de procréer. Il ne s’agit en aucun cas de véritables kystes dans les ovaires ! Ce sont en fait de toutes petites structures liquidiennes visualisables à l’échographie vaginale, qui s’accumulent et forment des « petits » follicules en excès qui empêchent la maturation d’un seul follicule mûr. L’ovulation est donc perturbée. Souvent, les femmes atteintes du SOPK ont des cycles longs, une hyperandrogénie (acnée, peau grasse, cheveux gras, pilosité excessive) et parfois une surcharge pondérale.
  • Une anorexie : le manque de graisse corporelle peut favoriser l’infertilité par manque d’hormones. Bien souvent, ces femmes souffrent d’aménorrhée (absence de règles) depuis plus de 3 mois.
  • L’âge : les chances de tomber enceinte après 35 ans diminuent nettement chez la femme.
  • Les trompes de Fallope bouchées : dans la majorité des cas, cela se produit suite à une infection appelée salpingite. Cette infection peut être causée par une maladie sexuellement transmissible (dans 85% des cas), ou rarement faire suite à un curetage, une hysteroscopie ou la pose d’un dispositif intra utérin (type stérilet).
  • Les fibromes : ce sont des tumeurs bénignes qui se développent sur la paroi de l’utérus ou dans la cavité utérine. Les conséquences sur la fertilité sont variables en fonction de leur localisation.
  • Les synéchies utérines : il s’agit de l’accolement des fibres de la paroi de l’utérus donnant lieu à des adhérences qui empêchent la nidation. Les conséquences sont souvent fausses couches précoces. Ces synéchies résultent le plus souvent de gestes opératoires réalisés à l’intérieur de l’utérus.
  • Les malformations utérines : ce sont des anomalies congénitales de l’utérus.
  • L’endométriose : 25 à 50% des femmes qui consultent pour infertilité sont touchées par l’endométriose. L’endométriose se caractérise par la diffusion du tissu de l’endomètre ailleurs que dans la cavité utérine. Ainsi, les foyers d’endomètres ayant migré hors de l’utérus vont réagir aux hormones à chaque période du cycle entrainant des inflammations pelviennes (douleurs aigues), des saignements abondants…
  • Un dérèglement de la thyroïde : l’hypo ou l’hyperthyroïdie peut affecter la production hormonale au sein de l’hypophyse qui elle même influe sur la qualité de l’ovulation.
  • Un excès de prolactine : l’hypophyse produit trop de prolactine perturbant la régularité des cycles menstruels.
  • L’insuffisance ovarienne prématurée : le stock d’ovocyte est établi dès la naissance. Il arrive, chez certaines femmes que le stock, trop bas provoque une ménopause précoce. Le don d’ovocyte constitue un réel espoir de grossesse dans ce cas.
  • Des anomalies chromosomiques : syndrome de Turner ou syndrome de l’X fragile…
  • Les facteurs environnementaux : tabac, alcool, cannabis, surpoids… peut être le stress …

Les causes masculines d'infertilité

Causes De L'infertilité

La fertilité masculine dépend en majorité de la qualité de son sperme. Le spermogramme permet de l’explorer.

Voici les anomalies pouvant être retrouvées avec le spermogramme :

  • Une hypospermie : volume diminué (inf. à 1,5 ml).
  • Une hyperspermie : volume augmenté (sup. à 6 ml).
  • Une oligospermie : concentration de spermatozoïdes diminuée (inf. à 15 millions/ml)
  • Une polyspermie : concentration de spermatozoïdes augmentée (sup. à 200 millions/ml)
  • Une asthénospermie : mobilité des spermatozoïdes totale inf. à 40%
  • Une necrospermie : vitalité inf. à 58%
  • Une teratospermie : morphologie des spermatozoïdes inf. à 4%

Quand tous les paramètres sont altérés, on parle d’oligo astheno térato spermie (OATS) …. redouté lors des résultats du spermogramme mais fort apprécié au comptage des points au scrabble.

Les normes du spermogramme OMS 2010

Volume de sperme > 1,5 mL

Concentration des spermatozoïdes > 15 millions/mL

Nombre total de spermatozoïdes dans l’éjaculat > 39 millions

Mobilité totale des spermatozoïdes > 40%

Vitalité des spermatozoïdes > 58%

Morphologie normale des spermatozoïdes > 4%

Cherchons la cause possible d’un spermogramme altéré :

  • les antécédents médicaux ou chirurgicaux
  • la cryptorchidie (qui se caractérise par un défaut de la descente d’un ou des deux testicules dans les bourses) opérée dans l’enfance ou plus tardivement,
  • la torsion ou tout traumatisme testiculaire
  • la radiothérapie ou chimiothérapie
  • la chirurgie inguinale dans l’enfance
  • une infection (type varicocèle entre autres…)
  • les toxiques
  • le tabac, l’alcool, le cannabis, le surpoids, les ondes électromagnétiques, les médicaments, une exposition à la chaleur  …
Back To Top
Aller à la barre d’outils